Tambours battants : trois rencontres qui décoiffent

Réservez vite vos places pour le nouveau spectacle de la Stoemp Company et faites trois rencontres décoiffantes!

Raymond et Paola : un homme au nez cassé fait un beau jour ressurgir le passé de Paola – que l’on croyait pourtant rangée. Le début d’une histoire forte, où il est question d’amour, de sexe, de désir. Au rythme de la batterie.

Arne Sierens : écrivain et metteur en scène flamand parmi les plus couronnés. Adepte d’une langue puissante, suggestive, dans laquelle se mêlent poésie, humour et une dose de philosophie du bon sens.

Alec & the Badco : un groupe rock live sur scène dans des reprises des Stones et de Queen notamment. ‘Une expérience passionnante pour nous et le public », assurent-ils.

Dans une mise en scène de Marie-Joëlle Gillerot, avec Myrose Lagneaux et Philippe Moens. Les 14, le 15 ou le 16 septembre 2017 à 20h15 au Centre communautaire de Joli-Bois (avenue du Haras 100, 1150 Woluwé-Saint-Pierre)

Prix: 12 euros (seniors, étudiants, ABCD: 10 euros).

Réservations: stoempco@gmail.com ou 0486 98 58 64.

Advertisements

Que va faire Paola?

Paola a passé une annonce pour offrir des cours de batterie à son fils aîné, 14 ans. Raymond, nez plâtré, sonne à la porte. Et tout va basculer… Après Chopin, après Victor Hugo, la Stoemp Company vous propose Tambours battants d’Arne Sierens, un écrivain et metteur en scène flamand parmi les plus couronnés de son temps.

Mise en scène Marie-Joëlle Gillerot, avec Myrose Lagneaux, Philippe Moens et le groupe Alex & the Badco. Réservez vite : stoempco@gmail.com ou au 0486 98 58 64.
stoempco.wordpress.com

 

Tambours battants : un groupe rock sur scène

alex and the badco

Alec & the Badco a décidé de relever le défi proposé par la Stoemp Company : accompagner la pièce Tambours battants en live sur scène. « C’est une première pour le groupe, explique Daniel Rozenberg, membre du groupe. Cela promet d’être une expérience passionnante pour nous et le public. »

Constitué en 2010 par un batteur, un bassiste, un pianiste et une chanteuse, le groupe se taille depuis un joli succès avec un répertoire varié, allant de la chanson française au rock en passant par le disco, le blues, la pop. A découvrir le 14, le 15 ou le 16 septembre lors des représentations de Tambours battants au Centre Communautaire de Joli-Bois ! Réservez vite : stoempco@gmail.com ou au 0486 98 58 64.

Plus d’info : stoempco.wordpress.be

‘Tambours battants’: réservations ouvertes pour le nouveau spectacle de la Stoemp Company

carton-def-2-1

Le groupe Alex & the Badco a confirmé sa présence pour le  nouveau spectacle de la Stoemp Company, ‘Tambours battants’. Après Chopin, après Victor Hugo, découvrez une oeuvre clé d’Arne Sierens (1959), un écrivain et metteur en scène flamand parmi les plus couronnés de son temps.

Une mise en scène de Marie-Joëlle Gillerot, des acteurs réputés (Myrose Lagneaux, Philippe Moens), un groupe rock sur scène…. Le spectacle s’annonce d’ores et déjà décoiffant! Réservez déjà votre date: le 14, le 15 ou le 16 septembre 2017 à 20h15 au Centre communautaire de Joli-Bois (avenue du Haras 100, 1150 Woluwé-Saint-Pierre)

Prix: 12 euros (seniors, étudiants, ABCD: 10 euros).

Réservations: stoempco@gmail.com ou 0486 98 58 64.

 

Découvertes de la Stoemp: cinq pièces d’enfer!

… Quelques mots-clés de la saison 2016/201 des Découvertes de la Stoemp. Abonnez-vous vite : une sélection des cinq pièces parmi les plus percutantes de la saison ! 

Abonnez-vous dès à présent et en tout cas avant le 20 juin via mail à pgillerot@skynet.be!

Prix :

Normal         : 83 euros

Senior (65+) : 66 euros

Enseignants : 60 euros

Etudiants      : 41 euros

à verser au compte BE60 3100970760 70 de Patrick Gillerot

 

Money. Que devient l’argent que l’on verse sur son compte ? Quels leviers déclenchons-nous en espérant que cela rapporte un « petit quelque chose » ? Et si nous réécrivions notre rôle ? Une exploration en forme d’interrogations, aussi ludique que critique, qui s’enclenche à partir d’une situation simple : dans le contexte de l’après-crise de 2008, un homme entre dans une banque et se demande où va son argent. Fruit d’une écriture collective sur base documentaire, Money ! décrypte la finance comme une langue étrangère et tente avec humour, distance et vérité de se frayer un chemin à échelle humaine à travers un sujet saturé par le discours. Money ! a été élu « meilleur spectacle » aux Prix de la critique 2014 décernés par la presse belge et Jérôme de Falloise y a reçu le Prix de « meilleur acteur ».

National, 6 oct, 20h30

Freak Cabaret. Les Ukrainiennes présentent une rafale de chants sous influences multiples dans un spectacle féroce et frénétique. Ces jeunes femmes des Carpates sont artistes multi-instrumentistes, comédiennes, chanteuses et ont déjà derrière elles des parcours de création infiniment féconds.
Les géniales Dakh Daughters sont six sur scène pour une dizaine d’instruments dans ce cabaret apocalyptique où s’entrechoquent les textes de Joseph Brodsky, Charles Bukowski, William Shakespeare, Heiner Müller… autant d’insoumis et de révoltés. Grimées façon gothique telles les sorcières de Macbeth, ces dames empruntent à différents répertoires : rock, soul, reggae… Ce qui ne les empêche pas d’entonner un chant traditionnel en languedocien ! Elles savent vraiment tout faire ! Et c’est musicalement irréprochable.

Théâtre 140, 20 oct, 20h30

Montaigne. Les Essais de Michel de Montaigne, gentleman-philosophe français du 16e siècle, figurent parmi les textes les plus passionnants de la littérature. Ebauches d’un autoportrait, aveu public, long monologue. Le lecteur est donc aussi le témoin privilégié des inlassables tentatives de Montaigne de comprendre sa propre existence, de comprendre l’être humain. Sa devise était: “Que sais-je?” Oui, qu’est-on vraiment certain de savoir?
Aujourd’hui, Montaigne monte sur les planches. Koen De Sutter campe l’impitoyable quête de Montaigne dans le présent. Il réfléchit sur les grandes et les petites choses de la vie. Il parle de sa douleur et de sa joie. Il fulmine, confond, admire, se souvient, doute, il est curieux et porte un regard critique sur les puissants et sur lui-même. Mais par-dessus, il aspire à une bonne discussion.

KVS, en FR, 4 nov, 20h,

Saison 1. Qu’est-ce qui est réellement vrai, qu’est-ce qui est absolument faux ? Peut-on pleinement se fier à nos sens pour appréhender le monde ? Et notre imagination, parfois si débordante, n’est-elle pas, elle aussi, trompeuse ? Dans Saison 1, on baigne dans un entre-deux fascinant sur les traces d’une femme prise en otage par des rebelles au cœur de l’Amazonie. A la manière de ces séries télévisées très à la mode que l’on dévore morceau par morceau, l’artiste nous propose une création inédite qui nous tient en haleine d’un bout à l’autre. Entre comique et terreur, cette pièce dont on ne révélera pas ici toutes les subtilités pour préserver la totale surprise, vient questionner notre rapport au storytelling et à l’imaginaire. Avec humour, elle exploite tous les codes de la série télévisée (suspens, rebondissements….), et, société du spectacle et du marketing oblige, ponctue son propos de quelques pauses publicitaires également riches en trouvailles et en ironie…  « Florence Minder donne la mesure de son art du récit – écrit, dit, profondément questionné – dans le succulent et terrible Saison 1… » La Libre Belgique

National, 19 jan, 20h30

Frozen. Marta et Angus sont deux employés de bureau ordinaires. C’est la pause de midi. Ils déjeunent à la cantine d’entreprise lorsque soudain, Marta ouvre le frigo et découvre, terrorisée, un cœur pulsant et sanguinolent. Que faire de cet organe vivant ? Les deux collègues sont divisés. Et la tension de monter crescendo autour de ce cœur battant qui, tout au long d’une histoire en apparence insensée, va servir de fil rouge à un spectacle palpitant qui nous plonge dans l’humanité brute et entière.
Avec une question quasi existentielle que la Compagnie 3637 pose de manière incisive : comment, dans un monde de plus en plus déshumanisé, l’homme est-il encore capable de vivre aux côtés de ses semblables ? Frozen est un théâtre écrit où la parole est limitée, extrêmement visuel et narratif, avec un rythme soutenu, des images fortes. Cette pièce sollicite en permanence le regard actif du spectateur, stimule son esprit critique et l’oblige à disséquer cette histoire improbable qui se déroule sous ses yeux.

National, 16 mars, 20h30

 

 

 

‘Victor Hugo…’: merci pour votre soutien!

‘Victor Hugo, mon amour’, ce sont sept représentations, une magnifique découverte, des centaines de spectateurs et surtout de nombreuses marques d’amitié, de soutien et d’encouragement. De la part de toute l’équipe, merci! Nous allons prendre le temps, après cette aventure, de trouver un nouveau texte d’exception… pour vous revenir sans faute avec un spectacle surprenant.

Pour être sûr d’en être informé, suivez-nous sur stoempco.wordpress.com ou sur notre page Facebook (Stoemp Company)!

IMG_0704